ONU - ISRAËL: Yaïr Lapid va appeler à une solution à deux états durant son discours à l’assemblée générale de l’ONU ce 22 septembre 2022


22 septembre 2022

Dans son discours, M. Lapid doit expliquer qu’Israël "ne fera rien qui puisse mettre en danger sa sécurité ou la sécurité de ses citoyens, même d'un pouce, mais la séparation des Palestiniens doit faire partie de la vision politique, du concept d'espoir".

Malgré ses propos, il n'a pas l'intention de rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

La nouvelle de ce discours de Yaïr Lapid a suscité des réactions immédiates - des deux côtés de l'échiquier politique israélien. 

 

"Il n'y a ni lieu ni logique à évoquer l'idée d'un État palestinien", a écrit Naftali Bennett sur Facebook. Il a ajouté : "Il n'y a pas de place pour un autre État entre la Méditerranée et le Jourdain, et il n'y a aucune chance qu'un processus diplomatique avec les Palestiniens aboutisse."

 

Le Likoud a également critiqué Lapid : "Après que Lapid ait établi le premier gouvernement israélo-palestinien, il veut maintenant remettre des territoires de notre patrie à nos ennemis. "

 

A gauche en revanche on congratule Yair Lapid. "Des millions d'Israéliens et de Palestiniens attendent un horizon diplomatique, qui mettra fin au cycle de l'effusion de sang. J'appelle le premier ministre à faire un pas de plus et à rencontrer [le chef de l'Autorité palestinienne] Mahmoud Abbas à l'Assemblée Générale de l’ONU."

 

Le chef du parti du sionisme religieux, Bezalel Smotrich, a lui aussi attaqué cette annonce et parlé d’une “démarche qui n'est rien d'autre qu'un suicide pour l'État d'Israël".

 

Gideon Sa'ar, du parti de Benny Gantz, a déclaré qu'il était lui aussi opposé à cette idée.

 

Ayelet Shaked a tweeté : "Lapid ne représente que lui-même, pas le gouvernement. Un État palestinien est dangereux pour l'État d'Israël."

 

Enfin, Ayman Odeh, leader du parti arabe Hadash-Ta'al a lui aussi fustigé Yair Lapid.

 

"Les dirigeants du pays ont pris l'habitude d'aimer le processus de paix mais pas la paix elle-même, de parler avec éloquence dans le monde entier et de mener en même temps une occupation hideuse", a déclaré . "Le véritable test est sur le terrain. Faites-le - faites la paix", a déclaré Ayman Odeh.