Une manifestation en soutien au peuple palestinien s'est tenue devant l'ambassade des Etats-Unis à Bruxelles


02 novembre 2023

Une manifestation en soutien au peuple palestinien s’est tenue mercredi, dès 15h00, devant l’ambassade des États-Unis à Bruxelles

Les organisateurs ont appelé à "mettre fin au génocide des Palestiniens", et à "libérer la Palestine".

Près de 800 personnes, selon les chiffres de la police, se sont réunies au square Frère-Orban, à Bruxelles-Ville. Les manifestants se sont ensuite rendus devant l’ambassade américaine, située au 27 du Boulevard du Régent.

Une pancarte géante arborait les visages du président américain, Joe Biden, et du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, aux côtés du message suivant : "Criminels de guerre, assassins d’enfants". "Nous sommes ici pour exiger la fin de la terreur israélienne, qui tue des femmes, des hommes, des enfants et des vieillards, et cela avec le soutien des États-Unis", a souligné un manifestant.

Dans ce contexte, deux associations belgo-palestiniennes appellent le gouvernement belge à sanctionner Israël.

L’Association Belgo-Palestinienne (ABP) et #ActionPalestine deux associations pro-palestiniennes et anti-israéliennes appellent mercredi le gouvernement belge à adopter des mesures afin d'inciter Israël à respecter la trêve humanitaire non-contraignante décidée par l'Assemblée générale de l'ONU pour la bande de Gaza.

Les deux associations invitent le pouvoir politique belge à interdire le transit d'armes par la Belgique vers Israël; à appuyer l'ouverture d'une enquête internationale auprès de la Cour pénale internationale (CPI) à l'encontre de l'État hébreu; à sanctionner commercialement et économiquement Israël ainsi que les personnalités politiques israéliennes et enfin, à rappeler l'ambassadeur belge à Tel-Aviv.

L’Association Belgo-Palestinienne ajoute également à la liste la demande "d'intervenir au niveau européen pour une suspension des partenariats avec Israël, notamment l'accord d'association UE-Israël au titre de sa clause sur les droits humains".