"Nous travaillons sur un accord de libération des otages qui conduira à un arrêt des hostilités pendant au moins six semaines" a déclaré Joe Biden


13 février 2024

"Nous travaillons sur un accord de libération des otages qui conduira à un arrêt des hostilités pendant au moins six semaines"a déclaré Joe Biden alors qu’il recevait le roi Abdallah II de Jordanie. 

"Les éléments clés de l'accord sont sur la table, il reste des lacunes, mais j'ai encouragé les dirigeants israéliens à continuer à travailler pour parvenir à un accord", a déclaré M. Biden.

Il s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec le roi Abdallah de Jordanie, qui souhaite un cessez-le-feu permanent, à Gaza, alors que M. Biden a fait pression pour une pause dans le conflit par le biais d'un accord sur les otages.

Les deux dirigeants ont chacun évoqué la situation de Rafah, ville du sud de la bande de Gaza qui est le prochain objectif militaire affiché d’Israël, en termes un peu différents. "Nous ne pouvons pas nous permettre une attaque israélienne sur Rafah", a dit Abdallah II. Joe Biden n’a lui pas demandé à Israël de renoncer purement et simplement à cette attaque, mais a insisté sur le fait qu’il "fallait protéger les civils."

Toujours lors de cette allocution commune, le roi Abdallah, a déclaré qu’il "fallait un cessez-le-feu durable immédiatement" à Gaza. Le président américain, lui, rejette toujours cette idée d’une cessation des hostilités sans conditions et à durée indéterminée.

Le roi Abdallah II a quitté la Jordanie pour une tournée aux États-Unis, au Canada, en France et en Allemagne dans "le but de mobiliser le soutien international en faveur d'un cessez-le-feu immédiat à Gaza."

Le président américain Joe Biden a déclaré par ailleurs que le statu quo devait être maintenu à la mosquée Al-Aqsa, sur le mont du temple.

Il a également souligné le rôle de la Jordanie dans le maintien de la stabilité, en déclarant : "Le rôle essentiel que joue la Jordanie dans les lieux saints pour les musulmans à Jérusalem doit être reconnu".